Paul Wallach — Yielding Place

Exposition

Installations, peinture

Paul Wallach
Yielding Place

Encore environ un mois : 7 septembre → 2 novembre 2021

La galerie est heureuse de consacrer une nouvelle exposition personnelle à Paul Wallach dont elle soutient le travail depuis 2008. Cette exposition, intitulée Yielding Place, fait suite aux trois précédentes expositions personnelles de l’artiste à la galerie et aux nombreuses présentations de son œuvre par des institutions européennes et américaines.

Cette nouvelle exposition de Paul Wallach présente une sélection d’œuvres récentes réalisées à la lumière, et l’ombre, des événements traversés par le monde depuis le début de la pandémie en 2020. L’artiste fut particulièrement touché par ce vacillement, dans sa sphère intime, existentielle, mais aussi en tant que citoyen américain, affligé par la situation dans son pays, notamment au cours du printemps 2020. Alors que la couleur affleurait parfois à la lisière de ses œuvres, l’artiste fut appelé, pour ces créations nées au cœur du chaos, par l’impérieuse nécessité du blanc, et de ses infinies nuances. Retour à l’Essence, à l’Espace et au Silence. Simplicité originelle. Recueillement, et Renaissance.

« Les réflexions toujours plus larges sur l’éphémère, la nécessité, la précarité, l’utilité, la vérité, l’ambiguïté, le temps, la lumière, le lieu, l’espace, la forme, le matériau, le volume, le vide, l’autonomie, l’identité, la légèreté, la lévitation et la pesanteur se combinent indéfiniment, générant les questions qui sont à la source de ce qui deviendra sculpture. En ressentant que chaque élément rend l’autre nécessaire, je suis peut-être proche de quelque chose qui vaut la peine d’être poursuivi quoique le nécessaire doit être continuellement redéfini. En 1992, quitter New York pour Düsseldorf fut un acte délibéré. Vivre et travailler à Paris depuis 1994 continue d’être une redéfinition de la nécessité. Les carnets accumulés dans mon atelier au cours du temps sont remplis de mots, de pensées, de titres, de phrases annotées, de signes de ponctuation mais rarement d’esquisses. Les dessins apparaissent dans l’espace en trois dimensions avec les matériaux à portée de main. Ils sont le point de départ de la sculpture à venir. La sculpture doit à la fois maintenir l’immédiateté du dessin et faire oublier son origine. C’est un rapport essentiel entre la maîtrise et les circonstances hors de mon contrôle. »

Paul Wallach