Zhang Wei

Exposition

Peinture

Zhang Wei

Passé : 6 février → 13 mars 2021

Pour sa première exposition à Paris et la seconde à la galerie Max Hetzler, Zhang Wei, l’une des figures de proue de la peinture abstraite chinoise, a sélectionné douze peintures et deux huiles sur papier aquarelle réalisées entre 2016 et 2020. Ces peintures récentes révèlent l’influence continue de l’Action Painting dans son travail, qu’il découvre en 1981, lors d’une exposition itinérante sur la peinture américaine, organisée par le Boston Museum of Fine Arts. Il est ainsi confronté pour la première fois aux œuvres d’expressionnistes abstraits occidentaux tels que Jackson Pollock, Frank Kline et Helen Frankenthaler. Plus tard, il rencontrera Robert Rauschenberg lors de sa visite de 1985 à Pékin. Zhang Wei abandonne ainsi définitivement la figuration, enracinant sa pratique dans la liberté d’expression qu’offre l’abstraction, qu’il combine de manière unique avec une profonde compréhension de l’art traditionnel chinois.

Dans ces œuvres récentes, Zhang Wei confronte le spectateur à des toiles souvent monumentales. Réalisées avec des de coups de pinceaux aux couleurs vives et contrastées, suscitant une émotion intense et ajoutant une conscience corporelle à son œuvre. Comme l’évoque C. S. Chinnery « Il y a une énergie violente dans de nombreuses peintures récentes de Zhang Wei, mais ce n’est pas l’élément central. C’est plutôt ce qui sert d’intermédiaire à l’énergie essentielle. Malgré tout le contraste impétueux des couleurs et de la texture, ce qui définit vraiment le travail de Zhang Wei, c’est un sentiment d’équilibre »* . Contrastant ces effusions de couleurs vives, de grands aplats de toile sont laissés blancs. Par cet acte intentionnel, l’artiste intègre la notion d’inachevé à son œuvre tout en révélant une utilisation de l’espace propre à la peinture à l’encre chinoise.
Par ailleurs, dans trois peintures aux formats plus modestes et aux tonalités plus douces où des pétales semblent flotter dans l’eau, Zhang Wei apporte un apaisement au regard.

Enfin, deux huiles sur papier aquarelle aux tons vert d’eau sont également présentées. La peinture céladon est versée sur la surface du papier transformant ainsi la couleur en des formes diaphanes, évocatrices de la tentative de prendre une profonde inspiration — à la fois fragile et pénétrante, elles rappellent l’importance de la spiritualité du « qi » dans le travail de l’artiste. Décrivant la peinture comme un processus de libération d’énergie au moment précis où l’encre touche le papier par l’intermédiaire du pinceau, le « qi » n’est pas la seule technique traditionnelle dont est empreint l’œuvre de Zhang Wei. Le trait calligraphique est partout présent, soulignant un mouvement, accentuant un vide et illustrant la vision de l’artiste : s’approcher le plus possible de l’idée de liberté à travers son art.

*C. S. Chinnery, ‘A colourful dissonance: On the paintings of Zhang Wei’, in Zhang Wei, exh. cat., Berlin: Galerie Max Hetzler and Holzwarth Publications, 2017, p. 29

04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

57, rue du Temple

75004 Paris

T. 01 57 40 60 80

Site officiel

Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Zhang Wei