Victor Man — From Wounds and Starry Dreams

Exposition

Peinture

Victor Man
From Wounds and Starry Dreams

Encore 19 jours : 3 septembre → 22 octobre 2022

Victor man artist painter max hetzler 1 1 grid Victor Man — Galerie Max Hetzler Découvert largement en 2007 lors de la Biennale de Venise, l’œuvre de Victor Man (né en 1974) poursuit depuis une vingtaine d’années les obsessions virtuoses d’une représentation toujours en question. La galerie Max Hetzler présente la première exposition personnelle dans son espace parisien de l’artiste, figure de la scène artistique de Cluj éclose avec l’ouverture de la galerie Plan B en 2005 par Mihai Pop et Adrian Ghenie qui poursuivirent notamment l’aventure à Berlin.

Tiré du Calice d’Or

Marie Madeleine
Un dialogue

Devant les portes de Jérusalem. Le soir tombe.

AGATHON. Il est temps de revenir en ville. Le soleil s’est couché et le crépuscule déjà tombé sur la cité. Tout est devenu très calme. — Mais que ne réponds-tu, Marcellus ? Que regardes-tu, d’un œil absent, dans le lointain ?

MARCELLUS. Je pensais que là-bas, dans le lointain, la mer baigne les côtes de ce pays ; je pensais qu’au-delà de cette mer, Rome l’Éternelle, semblable aux dieux, monte jusqu’aux étoiles, Rome où jamais une journée ne se passe sans fête. Et je suis ici, en terre étrangère. Voilà à quoi je pensais. Mais j’oubliais : il est grand temps que tu retournes à la ville. Le crépuscule tombe. Et à l’heure du crépuscule, une jeune fille attend Agathon devant les portes de la ville. Ne la fais pas attendre, Agathon, ne la fais pas attendre, ta bien-aimée. Je te le dis, les femmes de ce pays sont bien étranges; je sais qu’elles sont pleines d’énigmes. Ne la fais pas attendre, ta bien-aimée ; car on ne sait jamais ce qui peut arriver. En un instant des choses terribles peuvent arriver. Il ne faut jamais manquer l’instant.

AGATHON. Pourquoi me dis-tu cela ?

MARCELLUS. Je veux dire : si elle est belle ta bien-aimée, tu ne dois pas la faire attendre. Je te le dis, une femme belle est quelque chose d’éternellement inexplicable. La beauté d’une femme est une énigme. On ne la perce jamais. On ne sait jamais ce que peut être une femme belle, ce qu’elle peut être contrainte de faire. Voilà, Agathon ! Ah, tu sais… j’en connaissais une. J’en connaissais une, je vis arriver des choses que je n’éluciderai jamais. Personne ne pourrait les élucider. Nous ne voyons jamais la raison de ce qui arrive.

AGATHON. Qu’as-tu vu ? Je t’en prie, raconte-le-moi.

MARCELLUS. Bon, mais alors, partons. Peut-être l’heure est-elle venue que je pourrai te raconter sans devoir trembler devant mes propres paroles et mes propres pensées. Ils se retournent lentement vers Jérusalem. Silence autour d’eux.

Ils se retournent lentement vers Jérusalem. Silence autour d’eux.

Georg Trakl, 1939